aq_block_2-Mihaela Arion

Mihaela Arion

Lorsque vous cherchez un coup de main que vous trouverez à la fin de votre bras! -Confucius

Récemment, on entend souvent parler de l’importance de l’introduction des notions d’éducation médicale et de premiers secours dans les écoles, à partir des classes primaires.
Ça fait des années que je m’occupe de la « santé » en tant que journaliste, et j’ai entendu cette chose tant de fois que-je suis arrivée à me demander pourquoi, après tout ce temps, one ne voit rien de concret et de cohérent, mis en pratique à l’école primaire.
Les médecins, les professeurs, les autorités affirment que cette démarche est extrêmement importante.
Verbalement. Mais en pratique?
En pratique : presque rien.
Pourquoi ? Il y a, peut-être, des choses plus importantes à faire et les facteurs décisionnels s’en occupent.
Mais dans notre vie quotidienne, en comme je suis en en contact avec des enfants, à partir de ceux qui vont à l’école avec mon fils et jusqu’à ceux qui sont hospitalisés avec des brûlures , des fractures, des intoxications alimentaires et des accidents, je me suis décidée de démarrer un projet. Un projet qui pourrait être le premier pas de l’éducation des petits, qui commence à la maison, pour l’instant, avec l’appui de ceux qui les entourent.
Cela jusqu’à ce que les gens qui sont vraiment responsables, préparés, capables et aptes d’implémenter des actions aux cours primaires le feront.

Un projet!

Celle-ci est l’intention de l’ouvrage que vous avez devant vous

Sans prétendre d’être omniscient, découlant de la vie et des expériences personnelles.
L’auteur moral du projet, celui qui a mis en marche cette idée, est le médecin Raed Arafat.
A ce moment Secrétaire d’état au sein du Ministère de la Santé, fondateur du SMURD pendant les années 90, à 14 ans d’âge il s’en allait, selon ses déclarations, , avec les équipes des pompiers aux interventions d’urgence, où il leur enseignait les techniques de son manuel depremiers secours, et à 15 ans il avait déjà commencé à travailler en tant que volontaire à l’hôpital de Nabius, en Cisjordanie.
Alors, si à 14 ans d’âge, il possédait déjà les notions nécessaires pour travailler avec les pompiers, cela veut dire que l’intérêt pour l’étude despremiers secours est apparu bien plus tôt.
Et si cela a été possible il y a des années, c’est sûr qu’aujourd’hui, quand les enfants ont accès à plus d’information et quand leur rythme de vie est bien différent, tout est possible.
La préparation des petits est, clairement, possible et bienvenue. Paul, mon fils, et ses collègues et amis m’en ont convaincue.
Je vous laisse continuer ensemble. Qu’il vous explique. Envoyez-nous, à mihaela.arion[@]suntprimulajutorjunior.ro, vos impressions concernant ce projet, mais des suggestions et de propositions sur la manière dans laquelle vous voyez les choses. On vous attend avec amitié

aq_block_7-image